Search

Table ronde parlementaire virtuelle avec les parlementaires algériens




Le 24 novembre 2020, le Parlement du Climat et l'Organisation des Nations Unies pour le Développement Industriel (ONUDI) ont co-organisé une table ronde parlementaire virtuelle avec les députés d’Algérie. L'événement était soutenu par la Direction générale de la coopération internationale et du développement (DG DEVCO) de la Commission Européenne et coparrainé par le Parlement panafricain (PAP). Ce fut l'occasion de discuter des opportunités pour l'Algérie d'accélérer sa transition vers une énergie propre. Les intervenants étaient Mme Clara Gobbe du Parlement du Climat, Mme Hassiba Sayah de l’ONUDI et Mr. Hamza Ourtemache de la GIZ.



Mme Gobbe a ouvert la discussion en présentant des idées d'action pour les parlementaires afin d'accélérer la transition vers une énergie propre en Algérie. Ensuite, Mme Sayah a présenté un aperçu des récents projets de collaboration en matière de développement et de durabilité de l'ONUDI en Algérie. Ces projets visent à protéger l'environnement et à créer une prospérité partagée. Ils incluent la préservation de la plaine de la Mitidja et la promotion de l'autonomisation des femmes dans le développement d'une économie inclusive et durable. Mr. Ourtemache a ensuite exposé les stratégies et réalisations des projets énergétiques de la GIZ en Algérie. Il a présenté trois projets énergétiques dans le portefeuille de la GIZ: le partenariat algéro-allemand, l'efficacité énergétique dans l'économie algérienne et le projet des municipalités vertes.



Dans la discussion qui a suivi, les législateurs ont souligné les progrès déjà accomplis par l'Algérie dans le domaine des énergies renouvelables. L'Algérie a adopté une feuille de route pour 2030 dans la transition vers les énergies propres et la réduction des émissions de carbone. Les parlementaires ont souligné le potentiel de l’Algérie à devenir un chef de file des énergies renouvelables dans la région du Maghreb, en particulier dans l’énergie solaire et éolienne. Les parlementaires ont reconnu que le développement de nouvelles infrastructures technologiques présentait un défi immédiat et nécessiterait des investissements supplémentaires. Le déploiement à grande échelle des énergies renouvelables dans la région ne sera un succès qu’au travers d’une collaboration renforcée entre les pays du Maghreb, de la Méditerranée et de l’Afrique subsaharienne.