Search

Le potentiel de l'hydrogène vert, une solution pour décarboner l'industrie et les transports



Le 7 juin, le Parlement du Climat a organisé une table ronde parlementaire sur le potentiel de l'hydrogène vert dans la transition énergétique avec Andris Piebalgs, conseiller du président de la Lettonie, ancien commissaire à l'énergie et au développement de la Commission européenne. Cette réunion a été organisée en collaboration avec l'Organisation des Nations Unies pour le développement industriel (ONUDI) et avec le soutien de la Commission européenne (DG INTPA).

Pour décarboner notre économie, l'énergie solaire, l'énergie éolienne et l'énergie hydraulique sont nos meilleures perspectives de produire une énergie durable, propre et à grande échelle. Toutefois, l'électricité n'est pas toujours une alternative crédible pour remplacer le pétrole, le kérosène et les autres combustibles fossiles. Dans certains secteurs, comme l'industrie et les transports, l'hydrogène représente notre meilleur espoir de faire la transition vers des carburants synthétiques entièrement propres. Les batteries électriques ne peuvent pas nous permettre de faire fonctionner les avions et les navires sur de longues distances, contrairement à l'hydrogène. Il s'agit d'un gaz propre qui, lorsqu'il est brûlé, ne produit que de l'eau et de l'énergie. Malheureusement, il s'agit d'une ressource rare sous sa forme gazeuse sur Terre et il faut donc la produire. Pour que l'hydrogène soit une véritable solution contre le changement climatique, il doit être produit de manière propre, mais si l'industrie mondiale de l'hydrogène était un pays aujourd'hui, elle figurerait parmi les dix premiers émetteurs de carbone au monde. La plupart de l'hydrogène que nous produisons est de l'"hydrogène gris", fabriqué à partir de charbon et de gaz. L'hydrogène vert, en revanche, est produit par électrolyse de l'eau à partir d'énergies renouvelables. Il représente une véritable solution pour la transition des secteurs économiques et industriels les plus difficiles à décarboner, pour remplacer les carburants polluants par des carburants durables et rendre notre système énergétique plus vert.

L'hydrogène vert n'est pas seulement une solution au changement climatique, c'est aussi une immense opportunité économique. L'hydrogène a de nombreuses applications industrielles, il est utilisé pour produire des engrais, pour le raffinage, ainsi que pour la fabrication de l'acier. L'hydrogène vert pourrait largement remplacer le charbon dans la sidérurgie et le gaz dans la production d'ammoniac. Avec la guerre en cours en Ukraine, les prix du gaz explosent, les voies d'approvisionnement sont détruites et de nombreux pays n'ont plus les moyens d'acheter des fertilisants. De ce fait, plusieurs pays africains sont déjà confrontés à une grave menace de pénurie de production agricole et d'insécurité alimentaire. L'Afrique est le continent qui bénéficie du meilleur rayonnement solaire au monde. Elle a également un fort potentiel en matière d'énergie hydraulique et d'énergie éolienne sur sa côte occidentale. Comme l'a expliqué notre expert, dans son pays, la Lettonie, de l'hydrogène vert pourrait être produit à un coût approximatif de 4 dollars par kilogramme. En Afrique, grâce à l'abondance d'énergie renouvelable, le prix pourrait être inférieur à 1,5 dollar par kilo. L'industrialisation figure au programme de développement de l'Afrique depuis plus de 50 ans, mais la plupart des pays peinent encore à avoir une industrie viable et trop de produits manufacturés doivent encore être importés de l'étranger à un prix élevé. Cette dépendance est un défi structurel qu'une industrie de l'hydrogène vert pourrait en partie résoudre. Par rapport aux autres continents, l'Afrique aurait un avantage compétitif incroyable dans la production d'hydrogène vert et pourrait devenir le principal acteur de l'industrie d'acier et de fertilisants durables, pour la consommation intérieure et l'exportation. L'argument du changement climatique mis à part, l'industrie de l'hydrogène vert offre de grandes perspectives en termes de créations d'emplois, d'opportunités économiques et commerciales, et de compétitivité industrielle.

Les députés ont mentionné un certain nombre d'obstacles susceptibles de ralentir le développement d'une économie de l'hydrogène vert en Afrique, le principal étant l'accès au financement. Les investisseurs pensent qu'un risque plus élevé signifie que l'argent devrait coûter plus cher, et en Afrique, le coût du capital est très élevé. L'hydrogène vert nécessite des investissements initiaux importants, tant pour la production d'énergie renouvelable avec des parcs éoliens et des stations solaires que pour la production d'hydrogène avec des électrolyseurs et des équipements de désalinisation de l'eau. Les agences de développement et les gouvernements peuvent fournir des fonds publics comme capitaux d'amorçage, mais seul le secteur privé pourrait financer la transition verte à la vitesse et à l'échelle requises. Plus de cent mille milliards de dollars sont disponibles sur le marché des obligations, et il est essentiel de pouvoir attirer ces capitaux dans des projets d'infrastructures vertes. Nos experts ont encouragé les parlementaires à travailler avec leurs gouvernements sur des cadres législatifs et réglementaires favorables à l'investissement, ainsi que sur des garanties et des mécanismes pour dé-risquer et persuader les développeurs de projets qu'investir en Afrique est sûr et offre de bons retours sur capitaux. Les parlementaires peuvent également faire pression pour que leurs gouvernements fournissent une stratégie nationale claire sur l'hydrogène vert et montrent un engagement sérieux à la suivre. Ces plans devraient prendre en considération les limitations auxquelles chaque pays est confronté, comme l'accès à l'eau, les problèmes liés aux terres, et identifier des solutions pour les surmonter. Un autre obstacle majeur est lié au fait que pendant le processus d'électrolyse, une partie de l'énergie est perdue. Dans les endroits où les gens n'ont toujours pas accès à l'électricité, dans les pays où l'offre d'énergie par habitant est faible, des investissements supplémentaires pour la production d'électricité sont nécessaires pour répondre à la demande d'énergie de la population et à la demande du secteur industriel. En ce sens, une stratégie forte en matière de développement de l'hydrogène vert peut constituer une incitation supplémentaire à accélérer le renforcement des capacités de production d'énergie renouvelable.