Search

Le potentiel d'interconnexion pour les énergies renouvelables en Asie du Sud




Le 22 février, le Parlement du Climat a organisé une table ronde parlementaire virtuelle avec des députés du Bangladesh, du Bhoutan, de l'Inde et du Népal, en collaboration avec Oxford Policy Management (OPM), dans le cadre du programme de recherche Energy for Economic Growth (EEG). La discussion a porté sur le potentiel d'interconnexion pour les énergies renouvelables en Asie du Sud. Nos députés ont été rejoints par le Dr Jyoti Parikh, directeur exécutif d'Integrated Research and Action for Development (IRADe) depuis 2002 et ancien membre du Conseil du Premier ministre sur le changement climatique en Inde, et par Pankaj Batra, directeur de projet du programme financé par l'USAID sur l'initiative régionale d'intégration énergétique en Asie du Sud à IRADe, et ancien PDG de la Central Electricity Authority of India. Nick Dunlop, le secrétaire général du Parlement du Climat, a interviewé les deux experts avant de donner la parole aux députés pour qu'ils commentent et témoignent de leurs propres expériences. 

Nick a commencé par souligner la raison pour laquelle les super-réseaux régionaux sont essentiels pour assurer la transition vers une énergie propre : plus la zone sur laquelle vous exploitez l'énergie renouvelable est large, moins l'énergie est chère et plus elle est fiable. Depuis 2014, les députés du Parlement du Climat (en particulier en Inde) ont joué un rôle clé en encourageant le gouvernement indien à prendre le leadership international sur les interconnexions énergétiques régionales et continentales. L'initiative Green Grids qui a été annoncée à Glasgow par la présidence britannique de la COP26 en partenariat avec le projet indien One Sun One World One Grid a maintenant été approuvée par plus de 90 pays. Relier les pays d'Asie du Sud pour mettre en place un réseau continental et un marché unique de l'électricité est un projet très concret qui permettrait d'échanger de l'énergie au-delà des frontières et de réduire le coût de l'électricité.

Le Bangladesh, le Bhoutan, l'Inde et le Népal ont tous de faibles émissions par habitant et un faible accès à l'électricité. Une énergie abordable est nécessaire de toute urgence pour accroître l'accès à l'énergie et atteindre les objectifs de développement durable (ODD). Heureusement, ces pays disposent d'abondantes ressources en énergies renouvelables, notamment l'énergie solaire et l'hydroélectricité dans les montagnes du Népal, du Bhoutan et de l'Inde. Avec les bons réseaux, ces pays pourraient vendre leur hydroélectricité pour répondre aux pics de demande lorsque l'énergie solaire ou éolienne n'est pas disponible. L'hydroélectricité peut également être utilisée pour le stockage par pompage.

Les experts ont soutenu que la mise en place d'une infrastructure de réseau adéquate permettrait une meilleure optimisation des ressources énergétiques et, par conséquent, une réduction du prix de l'énergie. Il existe une grande disparité dans la demande énergétique entre les quatre pays ; relier les réseaux nationaux permettrait d'équilibrer l'offre et la demande et de réduire le besoin de stockage pour couvrir les pics de demande. L'interconnexion des différents pays permettrait également d'équilibrer l'intermittence qui est inhérente aux sources d'énergie renouvelables. Une récente étude de modélisation de l'IRADe a calculé le prix de l'électricité en tenant compte du coût de la construction de l'infrastructure adéquate. L'étude conclut que les sources d'énergie renouvelables resteront beaucoup moins chères que les combustibles fossiles. Outre la baisse du prix de l'électricité, l'interconnexion des systèmes énergétiques aurait également des avantages macroéconomiques importants pour le développement et le PIB. Par exemple, le PIB du Népal augmenterait de 40 % d'ici 2045 grâce au commerce de son électricité avec les pays voisins. À ces avantages économiques, on peut ajouter la réduction des émissions de CO2 et des coûts sanitaires et environnementaux.

Les députés ont posé des questions sur le rôle qu'ils peuvent jouer pour relever l'ambition climatique de leur pays et promouvoir la transition vers une économie plus verte. Le renforcement de la coopération régionale est essentiel pour dégager un consensus autour de la construction de réseaux régionaux. Les députés ont discuté de la création d'une institution régionale qui pourrait être chargée de la recherche et de la prospection d'opportunités d'investissement, et qui pourrait conseiller les gouvernements en matière de politique commerciale, sur le modèle du Conseil de coopération du Golfe. Sur la base de recherches récentes, les deux experts ont conseillé aux députés de commencer par mettre en place des forums intégrés informels, réunissant toutes les parties prenantes concernées, des gouvernements aux opérateurs de réseaux, afin d'acquérir des connaissances et de créer de la confiance pour la coopération en matière d'énergies renouvelables et d'interconnexion énergétique.