Search

Le Parlement de l'Ouganda passe une loi climat historique



La loi votée par le Parlement de l'Ouganda le 27 avril 2021 fournira un cadre général pour l'action climatique du pays. La nouvelle législation facilitera la participation nationale aux mécanismes de lutte contre le changement climatique, fournira des dispositions institutionnelles pour la coordination entre les différents départements et agences et améliorera le financement de la lutte contre le changement climatique. Aucun budget ministériel ne pourra plus être adopté par le parlement sans un certificat attestant qu'il comprend des investissements substantiels dans la lutte contre le changement climatique. Cet « investissement substantiel » sera déterminé par un comité consultatif indépendant composé d'universitaires et d'experts.


L'Ouganda a ratifié la Convention-cadre des Nations Unies sur les changements climatiques en 1994, le Protocole de Kyoto en 2004 et l'Accord de Paris en 2016. La nouvelle loi intègre et donne force de loi à ces engagements internationaux. Ainsi, l'Ouganda sera en mesure de mettre en œuvre des mesures de réponse au changement climatique conformément aux résolutions des conventions internationales.


La loi climat charge le ministère de l'Éducation et des Sports d'intégrer l'éducation et la recherche sur le changement climatique dans le programme national, comme moyen de sensibilisation au changement climatique.


Une série de tables rondes du Parlement sur le climat en Afrique de l'Est a conduit à la création du Forum parlementaire informel sur le changement climatique en Ouganda, présidé par l'hon. Lawrence Biyika Songa et qui rassemble des législateurs motivés à agir sur les enjeux climatiques et favoriser la transition vers les énergies renouvelables. Ce Forum constitue le groupe du Parlement du Climat en Ouganda et il comprend actuellement plus de 200 membres.


En 2016, avec le soutien de la GIZ, le Forum a envoyé une délégation de députés ougandais à une table ronde du Parlement sur le climat qui s'est tenue à Marrakech, au Maroc, lors du Sommet des Nations Unies sur le climat (COP 22). Après cet événement, un comité formel sur le changement climatique a été créé, également présidé par l'hon. Songa. Ce comité a joué un rôle déterminant dans la rédaction et l'adoption du projet de loi sur le changement climatique. Hon. Biyika Songa a déclaré : « L'interaction avec le Parlement du climat nous a donné une forte impulsion et beaucoup d'informations que nous avons utilisées pour engager le gouvernement. »