Search

Table ronde parlementaire virtuelle avec les législateurs du Bénin


Le jeudi 6 mai, le Parlement du Climat et l'Organisation des Nations Unies pour le développement industriel (ONUDI) ont co-organisé une table ronde parlementaire virtuelle avec des parlementaires du Bénin. Cette table ronde était soutenue par la Direction Générale des Partenariats Internationaux (DG INTPA) de la Commission Européenne et co-parrainée par le Parlement Panafricain. Cette première table ronde consacrée exclusivement au Bénin a été l'occasion de discuter de la situation actuelle dans ce pays et du soutien que le Parlement du Climat peut apporter à ses législateurs pour promouvoir la transition vers les énergies renouvelables.


Mme Léa Hillaireau, Coordinatrice de réseau au Parlement Climat, a donné un aperçu du Projet ‘‘Action Parlementaire sur les Energies Renouvelables (PARE)’’ et a présenté une série d'idées d'actions pour les parlementaires.


Les discussions ont porté sur le contexte énergétique du Bénin, qui, il y a à peu près dix ans, ne produisait pas d'énergie. La politique énergétique du Bénin a longtemps été basée sur l'achat d'énergie auprès de pays voisins comme le Togo, et non sur la production, malgré un besoin croissant d'industrialisation. Au cours des 7 dernières années, le Bénin a commencé à produire de l'énergie à partir de sa première centrale thermique à gaz.


Le soutien du Millennium Challenge Account (MCA) et de l'Agence française de développement (AFD) a permis la construction d'une centrale photovoltaïque de 50 MW. Le code de l'électricité adoptée par le parlement il y a un an et demi a brisé le monopole de la compagnie nationale et dégroupé le secteur, créant également une autorité de régulation autonome. Le Bénin ne peut satisfaire que 60 % de sa demande et il serait important de combler la différence avec des énergies propres. Les solutions hors réseau, comme les mini-réseaux d'énergie renouvelable, ont un rôle clé à jouer.


Les parlementaires ont également accordé une grande importance à l'agriculture familiale verte ; nous devons éviter l'agriculture industrielle avec toutes ses conséquences de déforestation, de migration et de famine, a-t-il été déclaré. Il est nécessaire de renforcer les capacités en matière d'agriculture durable. Il convient de promouvoir la technologie locale des équipements renouvelables et l’entreprenariat local afin de créer l'autosuffisance. Une attention particulière devrait également être accordée à la fiabilité de l'énergie produite par des sources propres afin de garantir un approvisionnement adéquat.


Parmi les actions que les parlementaires pourraient entreprendre, les suivantes ont été mentionnées : promouvoir les exemptions sur les équipements solaires ; la législation pour faire progresser le photovoltaïque en toiture et le comptage net ; et une harmonisation régionale concernant les subventions aux combustibles fossiles et les taxes sur le carbone.