Search

Table ronde parlementaire virtuelle au Sénégal



Le 6 Octobre 2020, le Parlement du Climat et l'Organisation des Nations Unies pour le Développement Industriel (ONUDI) ont co-organisé la table ronde parlementaire virtuelle avec le réseau des parlementaires pour le climat au Sénégal. Cette table ronde était soutenue par la Direction générale de la coopération internationale et du développement (DG DEVCO) de la Commission Européenne et le Parlement Panafricain. Ce fut l'occasion de discuter du développement industriel au Sénégal et des mesures qui pourraient être mise en oeuvre afin d’en réduire l'empreinte carbone.


Mr. Christophe Yvetot, représentant résident de l‘ONUDI au Sénégal, a commencé par présenter le Programme de Partenariat Pays (PCP) développé par l’ONUDI pour le développement industriel inclusif et durable qui soutient la mise en oeuvre du volet industriel du Plan Sénégal Emergent (vision et programme du Président Macky Sall), référentiel de la politique économique et sociale sur le moyen et le long terme.Le PCP, lancé en 2015 au Sénégal, s’appuie sur le leadership politique national pour faciliter le partage des connaissances mondiales en matière d’écologie industrielle et renforcer la gouvernance industrielle inclusive de tous les ministères concernés, des autorités territoriales et de la société civile, ceci dans le but d’attirer les investissements publics et privés en renforçant les partenariats multipartites. Le plan a déjà permis de mobiliser des investissements d’une valeur de 1 milliard de dollars dans le secteur de l’industrie. Le PCP s’accompagne à d’autres programmes permettant d’assurer que l'industrialisation au Sénégal se fera de manière respectueuse de l’environnement le programme “villes durables” promeut par exemple la création d’éco parc industriels alimentés par de l’énergie solaire, et les investissements dans les énergies renouvelables. Le gouvernement sénégalais a présenté le 29 septembre dernier son nouveau plan de relance post-Covid-19 pour le Sénégal qui reprend ces différentes composantes.


Léa Hillaireau, coordinatrice réseau du Parlement du Climat a présenté une série d'idées d'action que les parlementaires Sénégalais pourraient adapter et mener pour accélérer la révolution vers les énergies renouvelables. Les législateurs pourraient partager avec leurs collègues, ministres ou autres parties prenantes, les rapports les plus récents sur les impacts climatiques auxquels font face le Sénégal et le monde, ainsi que des engagements ambitieux pris par certains gouvernements au sein de leurs CDN renforcées pour le sommet des Nations Unies sur le climat (COP26). Afin d’oeuvrer au déploiement des énergies renouvelables à grande échelle, les législateurs peuvent partager des exemples de programmes d'enchères d’énergies renouvelables bien conçus qui pourraient être reproduits au Sénégal ainsi que d'autres instruments financiers tels que les tarifs de rachat, les obligations vertes ou les taxes sur le carbone. Les législateurs pourraient encourager leur gouvernement à promouvoir les initiatives internationales de réseaux verts et de corridors d'énergie propre qui ont pour finalité de créer des marchés uniques de l'électricité qui garantiront une énergie renouvelable bon marché et fiable au sein de la région. Enfin, les législateurs ont la possibilité de partager des exemples de cadres politiques permettant d’accélérer la transition vers les transports durables, l'électrification rurale et l'efficacité énergétique. Il peut s'agir d'exemples de programmes d'électrification des véhicules et des transports publics, de déploiement de mini-réseaux communautaires pour l’électrification des ménages et la création d’activités génératrices de revenus, du secteur industriel et agricole mais aussi des cliniques médicales en zone rurale, de programmes d'efficacité énergétique pour le secteur du bâtiment et de l'industrie, tous deux importants consommateurs d’énergie .


Le partenariat entre le Sénégal et l’ONUDI a été bien accueilli par les parlementaires. Ceux-ci ont souligné l’importance de renforcer les partenariats de l’ONUDI auprès des communautés locales afin d'accélérer l’accès à l'énergie en milieu rural. Malgré des avancées récentes en terme d’électrification, l'accès au financement reste problématique et nécessite un renforcement des partenariats publics-privés. L'importance du rôle des femmes dans l'économie locale a également été souligné. Les parlementaires déplorent un manque d'infrastructures dans le secteur de la fabrication et de la transformation auquel s’ajoute une facture d'électricité trop élevée. Les parlementaires présents se sont engagés à accompagner le gouvernement dans l'adoption de politiques durables pour une croissance industrielle à faible émission de carbone.