Search

Discussion parlementaire sur le thème du genre et de l'accès aux services énergétiques

Le 6 juillet, le Parlement du Climat a organisé une table ronde parlementaire virtuelle sur le thème du genre et de l'accès à l'énergie, autour de Abdou Ndour, Coordinateur Antenne Sud de l’organisation Enda Energie. Basée à Dakar, cette organisation travaille sur les questions de l’accès à l’énergie, du genre et de l’énergie, ainsi que le changement climatique.



L'accès à l'énergie est un moteur essentiel de l'activité économique et du développement social, mais près de 760 millions de personnes dans le monde vivent encore aujourd'hui sans accès à l'électricité. Dans la sphère domestique, les femmes jouent un rôle prépondérant pour la réalisation des tâches ménagères, et souffrent donc davantage du manque d’accès à des services énergétiques ou encore à l’eau potable. Dans de nombreuses régions du monde, les femmes passent d'innombrables heures chaque jour à collecter de l'eau et du bois pour la cuisine, ce qui leur laisse peu ou pas de temps pour exercer une activité génératrice de revenus. Dans certains pays comme le Sénégal, plus de 70 % de la main d’œuvre en zone rurale sont des femmes, qui font face à de nombreuses difficultés au quotidien dans leur travail. Notre expert a souligné que l’accès à l’électricité est un élément essentiel pour faciliter leurs tâches quotidiennes, par exemple pour la transformation des céréales.


Abdou Ndour a insisté sur la nécessité de de réduire le coût de l’électricité pour les consommateurs, et plus particulièrement pour les PME. Dans de nombreux pays africains en développement, les entreprises locales sont facturées trop chères. Pour que les PME et notamment celles gérées par des femmes puissent se développer, se consolider, devenir rentables et créer de la richesse, il est essentiel qu’elles puissent avoir accès à des services énergétiques fiables et abordables. Dans de nombreux pays cependant, l’électricité n’est pas la propriété des gouvernements et le prix de l’électricité est fixé par la loi du marché. Pour promouvoir la production d’énergie renouvelable tout en faisant baisser les coûts, les parlementaires peuvent encourager leurs gouvernements à renoncer aux taxes sur les panneaux solaires et les batteries.


Les parlementaires ont insisté sur l’importance de développer la participation des femmes, de les former professionnellement, de les aider à accéder à des financements et de les mettre en relation avec d'autres entreprises, afin qu'elles puissent jouer un rôle de premier plan dans le secteur de l'énergie. L'implication des femmes dans le secteur privé de l'énergie et dans les entités publiques telles que les ministères de l'énergie et les agences gouvernementales peut contribuer à changer la dynamique et à attirer plus d'attention sur la question du genre.